Gastroenterologue-lyon.fr

Coordonnées

Dr Billioud, Dr Guillaud, Dr Lot et Dr Quencez
Tel : 04 72 52 28 32
Fax : 04 72 17 58 69

Centre des consultations spécialisées de la Sauvegarde
1er étage
25 avenue des sources
69009 Lyon

Horaires :
Lundi au Jeudi de 8h à 18h.
Vendredi de 8h à 17h.
 
Prise de rendez-vous en ligne :
Avec le Docteur Billioud Avec le Docteur Guillaud Avec le Docteur Quencez Avec le Docteur Lot
 
 
Comment traiter l'helicobacter pylori?


Cette bactérie pose de difficiles problèmes d'éradication. En effet, certains antibiotiques diffusent mal jusqu'au site de l'infection. Ceux-ci sont souvent inactivés ou voient leur activité réduite en milieu acide. Enfin certaines souches d'HP ont une croissance lente et une capacité de résistance élevée. Ainsi la prescription isolée d'un seul antibiotique aboutit à une éradication faible de 30 %, qui double lorsqu'on associe un antisécrétoire et atteint 70 à 85% avec une trithérapie associant deux antibiotiques et un inhibiteur de la pompe à protons (IPP) à doubles doses.

Certains facteurs d'échec dépendent du patient : l' âge inférieur à 50 ans, le tabagisme et le manque de motivation, notamment l'abandon du traitement en cas d'effets secondaires.

Les antibiotiques utilisés sont divers :

- La base du traitement comporte l'amoxicilline à la dose de 2 grammes par jour. En effet, HP est très sensible et ne présente pas de résistance à cet antibiotique qui est 20 fois plus actif lorsqu'il est associé à un antisécrétoire qui alcalinise l'estomac. Ses contre indications restent celles des dérivés de la pénicilline.
- Les imidazolés sont activement sécrétés au niveau de la muqueuse et s'accumulent dans le mucus et leur activité ne dépend pas du pH gastrique. Il est prescrit à la dose d'un gramme par jour.
- La clarithromycine diffuse bien dans le tissu gastrique mais la résistance primaire d'HP atteint 30 %. Il est prescrit à raison de 500 mg deux fois par jour.
 


Comment les prescrire ?
L'émergence de souches résistantes et l’arrivée du Bismuth , vieux médicament que connaissaient les anciens ulcéreux, ont conduit à deux stratégies  équivalentes  remplaçant les  anciennes  lignes de trithérapies.

A -  ORDONNANCE TYPE  CLASSIQUE de Traitement de Helicobacter pylori par traitement concomittant

Prendre pendant 10 jours
1- IPP simple dose matin et soir
2- Amoxicilline 1g matin et soir
3 - Clarithromycine 500 mg matin et soir
4 - Métronidazole 500 mg matin et soir

B -  ORDONNANCE TYPE de Traitement de Helicobacter pylori par Pylera® et oméprazole  ( que l’on peut  remplacer par INEXIUM 40, plus puissant mais non utilisé dans l’étude princeps)

Prendre pendant 10 jours
1. Après le petit déjeuner : 3 gélules de pyléra  + 1 gélule d’oméprazole 20 mg
2. Après le déjeuner (midi) : 3 gélules de pyléra
3. Après le dîner : 3 gélules de pyléra + 1 gélule d’oméprazole 20 mg
4. Au coucher : 3 gélules de pyléra (avec collation)

C-  En cas d’échec, l’autre traitement serait éssayé .

D - Après deux échecs, on a alors 2 possibilités : faire une PCR ou une culture de bactérie après une nouvelle gastroscopie avec biopsies ou essayer l’un de ces 2 traitements.

-    lévofloxacine (500 mgX2), amoxicilline (1 gr x 2/j) et IPP double dose, en 2 prises, 10 jours
-    ou rifabutine (150 mgX2), amoxicilline (1 gr x 2/j) et IPP double dose en 2 prises, 10 jours

La méthode pratique reste empirique, car la culture d'HP , avec réalisation d'un antibiogramme, qui guide le traitement, est difficile. Il faut donc essayer ces traitements les uns après les autres en tenant compte de leurs effets secondaires dose-dépendants (allergies, goût métallique,  douleurs digestives,  diarrhée) et d'une bonne observance. Le test respiratoire helikit est très utile pour juger du résultat de ces traitements lorsqu'il est effectué au minimum 1 mois plus tard.

En conclusion, l'éradication d'HP reste une priorité de traitement des maladies de l'estomac malgré ses difficultés pratiques qui ne doivent pas conduire à un acharnement thérapeutique. Si cette bactérie a bouleversé le traitement de l'ulcère et de la gastrite chronique, l'enjeu futur reste la prévention du cancer en sélectionnant les patients à risque. Ce dernier demeure un problème de santé avec 10 000 nouveaux cas par an en France.

Pour l'instant, seuls les antécédents familiaux (1er degré) de cancer gastrique doivent rendre les médecins vigilants sur la nécessité d'une gastroscopie de dépistage.
En attendant les progrès dans la compréhension des bons ou des mauvais HP, l'on peut reprendre la célèbre paraphrase d’ A. AXON : le seul " bon " hélicobacter est un hélicobacter mort.

L'émergence de souches résistantes et l’arrivée du Bismuth , vieux médicament que connaissaient les anciens ulcéreux, ont conduit à deux stratégies  équivalentes  remplaçant les  anciennes  lignes de trithérapies.

A -  ORDONNANCE TYPE  CLASSIQUE de Traitement de Helicobacter pylori par traitement concomittant

 

Prendre pendant 10 jours

1- IPP simple dose matin et soir

2- Amoxicilline 1g matin et soir

3 - Clarithromycine 500 mg matin et soir

4 - Métronidazole 500 mg matin et soir

 

B -  ORDONNANCE TYPE de Traitement de Helicobacter pylori par Pylera® et oméprazole  ( que l’on peut  remplacer par INEXIUM 40, plus puissant mais non utilisé dans l’étude princeps)

 

Prendre pendant 10 jours

1. Après le petit déjeuner : 3 gélules de pyléra  + 1 gélule d’oméprazole 20 mg

2. Après le déjeuner (midi) : 3 gélules de pyléra

3. Après le dîner : 3 gélules de pyléra + 1 gélule d’oméprazole 20 mg

4. Au coucher : 3 gélules de pyléra (avec collation)

 

 

C-  En cas d’échec, l’autre traitement serait éssayé .

 

D - Après deux échecs, on a alors 2 possibilités : faire une PCR ou une culture de bactérie après une nouvelle gastroscopie avec biopsies ou essayer l’un de ces 2 traitements.

 

-          lévofloxacine (500 mgX2), amoxicilline (1 gr x 2/j) et IPP double dose, en 2 prises, 10 jours

-          ou rifabutine (150 mgX2), amoxicilline (1 gr x 2/j) et IPP double dose en 2 prises, 10 jours

La méthode pratique reste empirique, car la culture d'HP , avec réalisation d'un antibiogramme, qui guide le traitement, est difficile. Il faut donc essayer ces traitements les uns après les autres en tenant compte de leurs effets secondaires dose-dépendants (allergies, goût métallique,  douleurs digestives,  diarrhée) et d'une bonne observance. Le test respiratoire helikit est très utile pour juger du résultat de ces traitements lorsqu'il est effectué au minimum 1 mois plus tard.

En conclusion, l'éradication d'HP reste une priorité de traitement des maladies de l'estomac malgré ses difficultés pratiques qui ne doivent pas conduire à un acharnement thérapeutique. Si cette bactérie a bouleversé le traitement de l'ulcère et de la gastrite chronique, l'enjeu futur reste la prévention du cancer en sélectionnant les patients à risque. Ce dernier demeure un problème de santé avec 10 000 nouveaux cas par an en France.


Pour l'instant, seuls les antécédents familiaux (1er degré) de cancer gastrique doivent rendre les médecins vigilants sur la nécessité d'une gastroscopie de dépistage.
En attendant les progrès dans la compréhension des bons ou des mauvais HP, l'on peut reprendre la célèbre paraphrase d’ A. AXON : le seul " bon " hélicobacter est un hélicobacter mort.