Gastroenterologue-lyon.fr

Coordonnées

Dr Billioud, Dr Guillaud, Dr Lot et Dr Quencez
Tel : 04 72 52 28 32
Fax : 04 72 17 58 69

Centre des consultations spécialisées de la Sauvegarde
1er étage
25 avenue des sources
69009 Lyon

Horaires :
Lundi au Jeudi de 8h à 18h.
Vendredi de 8h à 17h.
 
Prise de rendez-vous en ligne :
Avec le Docteur Billioud Avec le Docteur Guillaud Avec le Docteur Quencez Avec le Docteur Lot
 
 
 
Quels sont les signes évocateurs de l'infection?


HP se transmet par le liquide gastrique dès l'enfance et notamment en cas de promiscuité expliquant qu'il touche 8O% des pays en voie de développement et seulement 30 % des pays industrialisés grâce à l'amélioration du niveau de vie.
 
Les symptômes apparaissent parfois de manière aigue, puis l'infection passe constamment à la chronicité donnant une inflammation de la muqueuse gastrique, qui évolue vers une raréfaction ou atrophie des glandes sécrétant l'acide chlorhydrique.
 
On retrouve ainsi une myriade de signes allant de la sensation de pesanteur après manger à des douleurs typiquement ulcéreuses : crampes au creux de l'estomac qui survient 1 à 2 heures après les repas, réveillant parfois le patient la nuit. Les douleurs journalières, calmées par l'alimentation, notamment les laitages qui tamponnent l'acidité gastrique, se manifestent durant 3 à 4 semaines pour disparaître et revenir classiquement à l'automne et au printemps.
Mais les signes peuvent être banaux avec de simples brûlures, des nausées avec ballonnement et flatulence, ils peuvent être amplifiés par la prise de médicament gastrotoxiques tels que l’aspirine, les anti-inflammatoires non stéroïdiens ou les corticoïdes.
De manière plus rare, c'est une complication hémorragique ou une perforation qui va démasquer cette infection latente et méconnue.
Sans titre20Ainsi l'HP se révèle souvent par une érosion plus ou moins profonde de la paroi de l'estomac ou du duodénum. Celle-ci se forme grâce à un déséquilibre entre la sécrétion acide, corrosive mais nécessaire à la digestion des aliments et les systèmes de protection de la paroi digestive. La bactérie agirait directement par activation d'une inflammation locale et indirectement par une augmentation réactionnelle de la sécrétion acide, lorsque la gastrite n'est pas d'emblée diffuse. Selon la gravité de l'infection et la topographie de sa colonisation, elle entraîne une cascade allant de la simple inflammation (toujours présente) à des érosions, puis à un véritable cratère ulcéreux comme le montre la photo ci contre.
Comment expliquer que certains sujets ne présentent aucun symptome alors que d'autres souffrent de l'estomac sans présenter cette bactérie? La réponse est probablement dans la grande différence de sensibilité muqueuse de nos contemporains. Certains présentent une sensation mauvaise digestion appelée dyspepsie sans aucune lésion digestive, tandis que d'autres tolèrent l'infection de façon asymptomatique durant de nombreuses années. La gastrite gagne alors l'ensemble de la cavité gastrique, entraîne une transformation de la muqueuse qui prend un type intestinal et dégénère à bas bruit.

La responsabilité d'HP dans la survenue du cancer gastrique et de certains lymphomes appelés MALT est désormais acquise : Le risque de dégénérescence serait de 5% à 10 ans après l'âge de 50 ans. HP augmente 8 à 9 fois le risque de cancer par rapport aux sujets non infectés. Il n'y a donc pas de bon HP protecteur, mais un ennemi sournois qu'il faut traiter pour éviter un cancer redoutable, souvent retrouvé à un stade avancé et peu accessible à la chirurgie.