Gastroenterologue-lyon.fr

Coordonnées

Dr Billioud, Dr Guillaud, Dr Lot et Dr Quencez
Tel : 04 72 52 28 32
Fax : 04 72 17 58 69

Centre des consultations spécialisées de la Sauvegarde
1er étage
25 avenue des sources
69009 Lyon

Horaires :
Lundi au Jeudi de 8h à 18h.
Vendredi de 8h à 17h.
 
Prise de rendez-vous en ligne :
Avec le Docteur Billioud Avec le Docteur Guillaud Avec le Docteur Quencez Avec le Docteur Lot
 
 

Cathétérisme biliaire

Télécharger en PDF

1.Pourquoi faire un cathétérisme ?
2. Quelle préparation pour un cathétérisme ?
3. Comment se déroule un cathétérisme ?
4. Quelles sont les complications ?


Le cathétérisme bilio-pancréatique est une technique radio-endoscopique qui se pratique depuis plus de 25 ans et requiert un médecin expérimenté évoluant dans un plateau technique multidisciplinaire.
S'il s'était révélé indispensable dans le diagnostic des pancréatites chroniques et de certains ictères ou " jaunisses ", il est actuellement devenu quasi exclusivement thérapeutique et irremplaçable pour traiter notamment les calculs de la voie biliaire principale et réaliser la mise en place de drainage des voies biliaires par mise en place de prothèses.


1. Pourquoi faire un cathétérisme ?

Les voies biliaires et pancréatiques se drainent dans la partie initiale de l'intestin appelée duodénum à travers un sphincter puis la papille majeure. Il existe par ailleurs une papille dite accessoire.

Sans titre33Sans titre34Le cathétérisme endoscopique permet d'opacifier et d'étudier les voies biliaires (canal cholédoque et hépatique, vésicule et voies biliaires intra hépatiques) ainsi que le canal de Wirsung et ses collatérales.

Il est actuellement employé quand les autres examens sont insuffisants pour trouver la cause d'une maladie biliaire ou pancréatique (anomalie congénitale, calcul, rétrécissement tumoral ou inflammatoire).

Mais surtout il demeure indispensable pour traiter, en collaboration avec les chirurgiens, les calculs de la voie biliaire principale ou du Wirsung, certains " polypes " de la papille appelés ampullomes et les cancers inopérables de la région bilio-pancréatique.


2. Quelle préparation pour un cathétérisme ?

 

Sans titre28Sans titre29Il est nécessaire d’être à jeun d’au moins 5 à 6 heures avant de réaliser un cathétérisme, c’est à dire de ne pas boire, pas manger et pas fumer durant cette période.

L'arrêt des médicaments fluidifiant le sang (aspirine, antiagrégants plaquettaires et anticoagulants) est nécessaire et certains autres médicaments devront être adaptés, notamment chez les diabétiques. Toutes ces précautions vous seront rappelées lors de la consultation anesthésique qui sera réalisée quelques jours avant le cathétérisme et lors de laquelle vous devez amener votre dernière ordonnance et les examens récents, notamment cardio-respiratoires dont vous avez pu bénéficier.
Informez votre médecin de vos allergies et des médicaments que vous prenez. Si vous devez prendre des médicaments prescrits par votre médecin le matin de l’examen, faites-le avec très peu d’eau (et après accord de votre gastroentérologue).
Si vous portez une prothèse dentaire ou des lunettes, celles ci doivent être retirées avant l’examen.


3. Comment se déroule un cathétérisme ?


Il se déroule en salle au bloc opératoire sous un amplificateur de brillance (appareil permettant de faire des images radiologiques) lors d'une anesthésie générale avec intubation de la trachée, ce qui offre ainsi une sécurité indispensable. Afin de vous endormir, l’anesthésiste injectera des produits via un cathéter qui sera placé préalablement au moment de votre arrivée au bloc au niveau du bras.

Il faut être à jeûn strict, sans boire ni manger ni fumer durant les 6 heures précédentes.

L'examen utilise un duodenoscope (endoscope à vision latérale), désinfecté selon les normes en vigueur, glissé par la bouche et descendu jusqu'à la papille majeure. Un cathéter est alors inséré et permet l'injection d'un produit de contraste iodé pour visualiser les voies biliaires et pancréatiques et faire des radiographies.

En cas d'allergie à l'iode, une préparation médicamenteuse pourra être proposée afin de réaliser sans danger cet examen qui ne comporte pas de passage vasculaire.

En fonction de la pathologie rencontrée, l'opérateur pourra ensuite sectionner le sphincter d’Oddi à l'aide d'un bistouri électrique (appelé sphinctérotomie). Les calculs seront ensuite enlevés avec un panier (dormia) ou un ballonnet en utilisant parfois une fragmentation préalable.


Sans titre35


De gauche à droite : extraction de calcul par sonde à ballonnet, extraction de calcul par dormia, mise en place d’une prothèse biliaire métallique

 

 Sans titre36En cas de rétrécissement, on discutera la mise en place d'une prothèse définitive ou temporaire (stent plastique ou métallique auto-expansible). Une dilatation est parfois nécessaire préalablement et se pratique avec un ballonnet ou une bougie. Ces accessoires seront stérilisés ou jetés (s'il s'agit d'un matériel à usage unique).
Une fois l’examen terminé, vous resterez hospitalisé le soir de l’examen. Si il n’y pas de douleurs, vous pourrez recommencer à manger légèrement le soir même ou le lendemain matin et si tout va bien vous pourrez alors rentrer à domicile le lendemain.

 

 

 
Extraction de calcul par dormia

 

4. Quelles sont les complications ?


Tout acte médical, investigation, exploration, intervention sur le corps humain, même conduit dans des conditions de compétence et de sécurité conformes aux données actuelles de la science et de la réglementation en vigueur, recèle un risque de complication.
Les complications du cathétérisme sont plus fréquentes en cas de sphinctérotomie (section du sphincter) et de traitement associé. Elles sont favorisées par les antécédents médico-chirurgicaux ou la prise de certains médicaments.
Il peut s'agir d'une inflammation aiguë du pancréas (appelée pancréatite), d'une perforation, d'une infection des voies biliaires ou d'une hémorragie digestive. La fréquence de chacune de ces complications est de l'ordre de 1%.
 Les complications exceptionnelles sont représentées par les troubles cardio-vasculaires ou respiratoires. Toutes ces complications peuvent nécessiter une prolongation de l'hospitalisation et rendre une opération nécessaire.
L'hémorragie est le plus souvent traitée par une injection hémostatique locale endoscopique mais peut conduire à une transfusion. Elles peuvent également se révéler dans les jours suivants l'examen (douleurs abdominales, jaunisse, sang dans les selles, fièvre, frissons..)
Il est très important de contacter immédiatement votre gastroentérologue, et en cas d'impossibilité, de prendre contact avec votre médecin traitant ou avec les urgences de la clinique.

Cette fiche a été inspirée de celle réalisée par la SFED et la SNFGE

Vous pouvez télécharger la fiche informative : LOGO_PDF